La fuite

Je bois, je baise, j’achète jusqu’à l’addiction.

Mon plaisir est mon Dieu, égoïste et jaloux.

Ne me demande pas la patience, quand je veux, j’exige. J’exige maintenant.

Sers-moi, suce-moi, je peux payer par carte ?

Je n’existe qu’à travers un écran. Mon nombril a le poids d’une planète, que la planète le contemple.

Le sens de la vie ? À quoi bon penser quand on peut jouir ? De toute façon, la mort est interdite.

Ne vois-tu pas que plus rien n’a d’importance ? Dieu est mort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s