Premier roman : le bilan 5/5

Alors que la déferlante de la rentrée littéraire s’apprête à emporter les tables des libraires (et mon livre avec) sous ses 560 nouveautés, j’ai décidé de revenir sur ce qui m’a le plus marqué dans cette expérience du premier roman en cinq articles dont voici les thèmes :

  1. LA question récurrente : « Tu as mis combien de temps à l’écrire ? »
  2. Baby blues
  3. Un roman si sombre ?
  4. Découverte : cet autre en moi.
  5. Première radio : l’effroi.

5. Première radio : l’effroi.

Je ne m’y attendais pas ! Une radio !! Lors de la promo du livre, RTL m’a invité à son émission la curiosité est un vilain défaut. Cette émission diffusée à 20 h sur la chaîne mêle efficacement érudition et pédagogie.

Ici partie 4/4 : http://www.rtl.fr/culture/medias-people/la-france-gourmande-dans-la-curiosite-7783303205

J’accepte l’invitation avec un sentiment immédiat de panique. Je vais devoir tenir 35 minutes sur mon roman… en direct. Chaud, pour une première.

Je passe un temps fou à relire mes recherches (merde, c’est quoi la date du couronnement de Richard Cœur de Lion déjà ?) J’essaie de rédiger des notes pour parler du livre, de mes personnages.

Et là, c’est le mur.

Je n’arrive à rien dire sur mon texte. J’essaie vainement de trouver des formules, des analyses fines à la Bernard Pivot et je deviens absolument insupportable avec mon amoureuse qui tente pourtant bravement de m’aider.

Quand le jour de l’interview se lève, je suis fatigué. J’ai en main, une vingtaine de fiches complètes, de couleurs différentes en fonction des thèmes.

La journée passe… lentement.

L’attaché de presse m’attend à l’accueil de la radio. On nous dirige à travers un labyrinthe de couloirs et de studios pour arriver devant celui où Thomas Hugues et Sidonie Bonnec interrogent Dorian Malovic, un monsieur barbu incollable sur l’amour en Chine.

Il assure Dorian. Il fait des blagues et il a zéro fiche. Moi, avec mon pauvre verre d’eau de l’autre côté de la vitre, je balise. Je relis mes fiches avec autant d’efficacité que mes cours d’Allemand avant le baccalauréat.

Et puis, sans que je l’aie vu venir, c’est à moi.

On me fait entrer dans la salle. On m’assoit à la place de Dorian. J’étale mes fiches. Je respire pour reprendre confiance.

Je m’attends à une mini explication sur la manière dont ça fonctionne, quand je peux parler, etc. Mais non. Le générique s’enclenche et VLAN, première question.

J’essaie de parler lentement. Je suis ultra conscient de moi-même. Je m’embarque dans des phrases dont je n’ai aucune idée de la fin. Je suis obligé de changer en cours de route. J’oublie où je voulais en venir.

Heureusement, sur les deux écrans je découvre que je ne suis pas filmé. Ouf. Je peux regarder mes fiches sans soucis.

L’émission se déroule bien malgré tout. On parle assez peu de mon roman et beaucoup du Mythe de Robin des bois.

Je sors lessivé. Les 35 minutes sont passées en un clin d’œil. Je regrette déjà ces phrases que je n’ai pas pu placer. Mais C. me félicite. Mon amoureuse aussi, qui m’apprend que j’étais bien filmé, en direct. Mais bon à priori ça s’est bien passé. Personne n’a entendu aussi clairement que moi mes hésitations et cafouillages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s